Nous suivre La Revue du Jouet

Tatamiz secoue le tapis

Bruno Bokanowski
Tatamiz secoue le tapis

Lionel Hugonnier, directeur général de Tatamiz, a créé sa société en 2003 qui, initialement, proposait des kimonos et tatamis aux judokas et adeptes des arts martiaux. « En 2010, nous avons suivi l'épisode des rappels de tapis puzzles et avons senti qu'il y avait une opportunité de développement, explique Lionel Hugonnier. Nous avons alors trouvé en Asie l'unité de production pour constituer une offre de qualité sans formamide, d'une vingtaine de références, pour laquelle nous avons acquis les licences Hello Kitty et Disney au niveau européen. » Les premières réactions de la distribution ? Frileuses… « Nous avons quand même réussi à nous placer dans quelques magasins et, à partir de là, la confiance s'est progressivement réinstallée, ajoute Lionel Hugonnier. D'autant que nos produits sont très souvent contrôlés. » Même si la licence reste une excellente clé d'entrée, l'entreprise ne souhaite pas se tourner exclusivement vers cette stratégie, travaille à l'heure actuelle sur l'élargissement de sa gamme à des produits génériques – toujours en mousse EVA –, et propose des designs spécifiques pour des marques de distributeurs.

Chaque semaine, recevez notre newsletter

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la newsletter de la Revue du Jouet

Nous vous recommandons

Confinement : des semaines compensées

Confinement : des semaines compensées

L’institut d’études Junior City a mené, durant la 1ère semaine du déconfinement, un sondage en deux étapes consécutives auprès de 500 parents d'enfants du primaire et de[…]

20/05/2020 | ActualitéDistribution
Maxi Toys : six mois pour se relancer

Maxi Toys : six mois pour se relancer

Le jouet doit occuper l’espace

Le jouet doit occuper l’espace

Pokémon résiste au virus

Pokémon résiste au virus

Plus d'articles