Nous suivre La Revue du Jouet

Le smartphone entre en primaire

Bruno Bokanowski

Sujets relatifs :

,
Le smartphone entre en primaire

Plus de la moitié des enfants de 7-14 ans (55 %) possèdent désormais leur propre smartphone(*). Si leur taux de possession dépasse, sans surprise, la barre des 70 % parmi les 11-12 ans, sa progression de 12 points chez les 9-10 ans en l’espace d’une année est frappante : ils sont aujourd’hui plus de 4 sur 10 à disposer de leur « précieux ».

 

La barrière de l’entrée au collège a sauté ! À fin septembre, 41 % des enfants de 9-10 ans (cours moyen) et 26 % des 7-8 ans (cours élémentaire) possèdent un smartphone, contre respectivement 29 % et 15 % en fin d’année 2020. Des signaux forts qui poussent à s’attarder sur les causes de cette croissance… afin de ne pas décrocher !

Des signaux faibles annonçaient, depuis deux ans déjà, le rajeunissement de l’âge d’accession au portable chez les enfants du primaire, avec des gains de quelques points lors de nos différentes mesures. Objet de (presque) toutes les convoitises lorsque les enfants passent au cours moyen, le smartphone représente pour eux un objet d’émancipation et d’autonomie. Posséder son premier smartphone, c’est faire un premier pas dans l’adolescence, entrer dans l’univers aspirationnel des grands. Rarement utilisé pour téléphoner, mais essentiellement pour chater, jouer et regarder des vidéos, il est aussi la clé d’accès aux YouTubeurs, et graduellement aux réseaux sociaux. De quoi en faire rêver plus d’un !

Parallèlement, pour les parents, offrir son premier smartphone à son enfant, c’est en quelque sorte officialiser sa sortie de l’enfance, le responsabiliser et lui témoigner un nouveau niveau de confiance. Une étape qui se faisait jusqu’à présent pour beaucoup au début du collège, étant entendu que lorsqu’on est élève de CM2 et que ses parents sont (encore) réticents à cette idée, « le travail consiste alors, à partir de Pâques, à les convaincre par tous les moyens de la nécessité d’avoir accès à ce Graal pour son entrée en 6e. »

 

L’âge de connexion

 

Mais le phénomène semble s’accélérer : la barrière parentale, qui consistait à attendre cette occasion, est en train de sauter. Et ce pour plusieurs raisons. D’abord, parce que les confinements successifs ont rendu les parents plus tolérants et permissifs face aux écrans. Après en avoir découvert de nouveaux avantages ? Ensuite, pour des raisons de sécurité, car cela leur permet de se sentir rassurés… Et de se donner bonne conscience ? Enfin, car finalement, quitte à prêter de plus en plus fréquemment son propre smartphone « pour un petit moment… », autant gagner quelques mois de tranquillité en acceptant tout de suite... Capitulation anticipée !

À moins qu’au fil du temps, l’insistance des enfants ne soit devenue plus redoutable encore, parce que plus justifiée au quotidien. Peu importe... Tout va plus vite, tout va plus fort et tout vient plus tôt !

À tout considérer, offrir son premier smartphone à son enfant n’est cependant pas un geste anodin : c’est un cadeau de rupture ! C’est assumer de lui donner (beaucoup) plus de liberté, qu’il ne vous rendra jamais. C’est lui ouvrir un nouvel espace personnel et illimité (comme les forfaits !), et accepter de le laisser s’éloigner un peu plus de vous tout en lui confiant un instrument de liaison pour (espérer) rester connecté avec lui.

« Avant… », cette transition commençait à l’entrée au collège.

« Avant… », il y avait aussi l’âge de raison, vers 7 ans... Talonné aujourd’hui par l’âge de connexion !

 

(*) Source Junior#Crush : étude barométrique annuelle réalisée par Junior City en plusieurs vagues (les chiffres cités proviennent de la vague de septembre 2021), sur les centres d’intérêt et les habitudes de consommation des enfants de 4-14 ans et de leurs familles (900 familles représentatives national, avec enfants de 1 à 14 ans).

 

Chaque semaine, recevez notre newsletter

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la newsletter de la Revue du Jouet

Nous vous recommandons

55 %

55 %

Les enfants se mettent à table : 55 % des 7-14 ans mettent régulièrement le couvert et un tiers d’entre eux aiment le faire, sans distinction entre filles et garçons.   Dans une société[…]

31/05/2022 | Etudejunior city
Le chiffre du mois : x 1,7

Le chiffre du mois : x 1,7

Le jeu, ça s’apprend !

Le jeu, ça s’apprend !

Le chiffre du mois : 59 %

Le chiffre du mois : 59 %

Plus d'articles