Nous suivre La Revue du Jouet

Le chiffre du mois : x 1,7

Bruno Bokanowski

Sujets relatifs :

, ,
Le chiffre du mois : x 1,7

1,7 fois plus(*) d’enfants âgés de 3 à 12 ans ont aujourd’hui accès aux différentes plateformes de téléchargement de programmes qu’à la télévision « classique ».

 

En l’espace de deux ans, l’accès aux contenus de programmes TV par les enfants de 3 à 12 ans s’est profondément modifié. Pas seulement parce que la télécommande du téléviseur principal de 44 % des foyers est équipée d’une commande vocale, mais parce que le nombre d’enfants ayant accès aux différentes plateformes SVOD comme Netflix, Disney+ et autre Amazon Prime a sensiblement progressé : + 16 % vs septembre 2020. Avec pour conséquence – en tenant compte d’un temps d’écran quotidien limité par les parents – une baisse significative du nombre d’enfants ayant encore l’habitude de regarder des programmes sur les « chaînes nationales » : - 45 % vs septembre 2020.

La SVOD, qui était encore considérée il y a deux ans comme une offre complémentaire par rapport aux bouquets TV traditionnels, est donc devenue le standard incontournable pour plus de 4 familles sur 5 avec enfants (85 %). Ainsi, pour les enfants de 3-12 ans, la télévision aujourd’hui, c’est davantage Netflix ou Disney+ que TF1, France 2 ou même Gulli ! C’est l’endroit où ils consomment en priorité les dessins animés qui demeurent leurs programmes de prédilection. Et, logiquement, lorsqu’on leur demande quelles sont les chaînes où il y a le meilleur choix de séries pour eux, Netflix et Disney+ arrivent largement en tête pour ceux qui y ont accès ; Gulli étant au coude-à-coude avec YouTube/YouTube Kids dans l’évaluation de ceux n’ayant pas de connexion à une SVOD à la maison.

 

Un match qui bascule avec l’âge...

 

Car pour bon nombre d’entre eux, YouTube, ce n’est pas que des vidéos de YouTubeurs et d’influenceurs qui regardent et commentent le monde sur un ton de dérision, ou qui proposent des défis amusants : c’est aussi une destination de complément pour regarder des séries animées… Tout autant que pour se mettre au goût du jour en matière de jeux vidéo.

C’est ainsi que, graduellement, le match « temps passé devant la TV (classique ou SVOD puisque c’est la même chose pour eux !) vs temps passé sur YouTube » évolue à travers le temps. Durant le 1er tiers-temps, chez les plus jeunes, la télévision mène au score : 53 % des 3-6 ans estiment passer plus de temps devant la TV que YouTube. Pendant le 2e tiers-temps, égalité entre les deux camps : 40 % des 7-10 ans considèrent passer plus de temps devant la TV vs 41 % plus devant YouTube. Un match qui bascule finalement dans le 3e tiers-temps avec 55 % des pré-ados de 11-12 ans qui consacrent plus de temps à YouTube qu’à la TV !

Le fondement ? La qualité ou la pertinence de l’offre, certes, mais surtout les usages pour cette génération ATAWAD(**), habituée à consommer de l’immédiateté de manière boulimique : « je veux CHOISIR de regarder ce que je veux, QUAND je veux, OÙ je veux et sur des écrans de formats différents ; avec PLUSIEURS ÉPISODES À LA SUITE si je veux ; dans la contrainte de temps accordé par mes parents ; en LIMITANT LE TEMPS PERDU par la diffusion de pub ! » Et c’est là, quand ce mix SVOD-YouTube bat la TV, que le bât blesse dans ce système vertueux en passe de se transformer en cercle vicieux pour un certain nombre d’investisseurs publicitaires souhaitant adresser cette cible !

(*) Source étude JuniorCity : LE NEW DEAL M?ÉDIA CHEZ LES 3-18 ANS, mesures 2022. Etude quantitative réalisée auprès de 1.400 enfants-ados âgés de 3 à 18 ans et de leurs parents. Terrain mené en deux vagues d’interrogation consécutives, fin mars puis début avril 2022. Focus sur leur consommation de YouTube et Tik-Tok.

(**) Contraction de « Any Time, Any Where, Any Device » (= n’importe quand, n’importe où, sur n’importe quel support).

 

Chaque semaine, recevez notre newsletter

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la newsletter de la Revue du Jouet

Nous vous recommandons

Les investissements publicitaires du marché des jeux et jouets

Les investissements publicitaires du marché des jeux et jouets

(Juillet 2022) Le marché publicitaire des jouets et jeux a connu un mois juillet 2022 morose dans la continuité de juin, avec des investissements publicitaires en net repli à - 41 %. Conséquence de ce[…]

13/09/2022 | CommunicationKantar
Les investissements publicitaires du marché des jeux et jouets

Les investissements publicitaires du marché des jeux et jouets

Les investissements publicitaires du marché des jeux et jouets

Les investissements publicitaires du marché des jeux et jouets

Les investissements publicitaires du marché des jeux et jouets

Les investissements publicitaires du marché des jeux et jouets

Plus d'articles