Etat de siège

Bruno Bokanowski

Sujets relatifs :

,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Etat de siège

sécurité routière,les enfants durant leurs trajets en voiture.

©

A l’approche des départs en vacances d’été, la Fédération française des industries Jouet-Puériculture tire la sonnette d’alarme sur le sujet de la sécurité routière, et notamment celle des enfants durant leurs trajets en voiture.

Près d’un enfant (de 0 à 35 mois) sur deux a, au moins une fois, fait un trajet en voiture en étant mal attaché (41 %), voire pas du tout attaché (18 %) ; et 22 % ont déjà fait plusieurs trajets en étant mal attachés (source : Baromètre Puériculture Institut des Mamans – FJP décembre 2015)

Les parents et futurs parents sont les premiers à rechercher une meilleure protection pour leurs enfants, mais ils restent néanmoins peu sensibilisés à la sécurité en voiture. Face à ce constat, et au regard des statistiques alarmantes, la FJP tire le signal d’alarme et revient sur les règles élémentaires de  sécurité dans un guide intitulé « Quel siège auto pour mon enfant ? »

Les 3 règles élémentaires à bien respecter pour sécuriser son enfant en voiture :

1) Le choix… C’est opter impérativement pour un siège auto homologué avec l’une des deux certifications européennes suivantes : ECE R44/04 (ou 03) ou UNR129 (I-Size). 

2) L’installation… Face ou dos à la route, à l’avant ou à l’arrière ? L’enfant doit rester dos à la route jusqu’à 83 cm (soit l'âge d'environ 15 mois) dans le cas d'un siège UN R129 (I-Size), et jusqu'à ses 9 kg minimum dans le cas d'un siège ECE R44/04 (ou 03). Les enfants de moins de 10 ans sont installés en priorité à l’arrière du véhicule.

3. L’utilisation… Bien utiliser son siège auto, c’est avant tout savoir quand il devient indispensable de le changer. En l'occurrence quand la tête de l’enfant dépasse du haut de sa coque, et/ou lorsque les épaules dépassent la position la plus haute du harnais.

 

Attention à l'achat d'occasion !

 

Selon le Baromètre Puériculture Institut des Mamans, 17 % des mamans ont déjà acheté une coque (cosy) d'occasion et 9 % un siège auto d'occasion pour leur enfant. Or, il ne faut jamais oublier qu’un siège auto est avant tout un équipement de protection et qu’il doit impérativement être homologué, adapté au poids et à l’âge de l’enfant et, à l’instar des casques de moto, ne jamais avoir subi de choc irréversible. Il doit également satisfaire aux conditions élémentaires de sécurité sanitaire, d’hygiène et de propreté. Un siège auto d’occasion ne peut satisfaire pleinement à ces conditions et augmente parallèlement les risques de contamination microbienne. 

Par conséquent, la FJP souhaite attirer l’attention du nouveau Gouvernement sur le montant de la TVA qui frappe aujourd’hui l’achat des sièges auto ; sachant que le siège auto est un équipement obligatoire pour toute personne conduisant des enfants en voiture (parents, grands-parents, assistantes maternelles, etc.), sous peine d'amende. De surcroît, un bon siège auto demeure un produit cher, du fait de toute la technologie embarquée et des efforts de recherche et développement menés par les industriels pour en garantir la sécurité (notamment de longues séries de tests). Par conséquent, la TVA à plein taux vient alourdir le coût total du siège auto, alors même que son utilisation est limitée dans le temps.

Synonymes de sécurité et de limitation des accidents graves ou mortels chez les jeunes enfants en voiture, les sièges auto participent très largement à la prévention de la sécurité routière en France. Des statistiques et des chiffres le corroborent, mais les rapporteurs de la Commission des finances de l’Assemblée nationale ont rejeté la demande d'abaissement du taux de TVA à 5,5 % l’an passé. Appuyée dans sa demande par l'Association Prévention Routière, la FJP présentera cette requête dans le cadre du prochain vote de la Loi des finances, en s'appuyant sur la dimension de sécurité évidente du siège auto pour les enfants, et en militant pour la réhabilitation du pouvoir d’achat des ménages, sérieusement appauvri ces dernières années. La France suivrait ainsi la voie de six pays européens qui ont déjà réduit le taux de TVA applicable aux sièges enfants : le Portugal, le Royaume-Uni, l'Irlande, la République Tchèque, Chypre et la Pologne.

Chaque mois, recevez la newsletter

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la newsletter de la Revue du Jouet

Nous vous recommandons

Le retour de Maya la belle

Le retour de Maya la belle

Studio 100 et Planeta Junior ont annoncé la nomination de Giochi Preziosi en tant que mastertoy de la licence Maya l’Abeille. Une première gamme de jouet sera lancée à l’automne 2018 incluant, notamment,[…]

05/10/2017 | ActualitéLicences
Les ventes sur Internet en hausse de 11 %

Les ventes sur Internet en hausse de 11 %

La filière cherche des relais de croissance

La filière cherche des relais de croissance

Le go met Star Wars en pièces

Le go met Star Wars en pièces

Plus d'articles