Encore un petit tour ?

Bruno Bokanowski

Sujets relatifs :

, ,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

fidget spinner

Junior City, institut d’études marketing, fournisseur d’insights consommateurs et shoppers sur la cible enfants et famille, s’est penché sur le succès des toupies Hand Spinners auprès des 4-14 ans.

Débarqués en France il y a seulement trois mois, au début du printemps, les Hand Spinners ont fait une entrée fracassante dans l’univers des enfants et dans les cours de récréation. Qu’ils soient filles ou garçons, impossible d’échapper au phénomène : 89 % des 4-14 ans connaissent les Hand Spinners. Une notoriété qui dépasse les 90 % dès 7 ans, pour atteindre les 95 % chez les garçons de 11-12 ans !  

Fin mai, presque les deux-tiers des 7-12 ans possédaient au moins un Hand Spinner  (64 %), avec sensiblement un peu plus de garçons (67 %) que de filles (61 %). Cette fois encore, les 11-12 ans sont les plus nombreux, révélant ainsi un cœur de cible du jeu chez les jeunes collégiens. 

La diversité des designs (couleurs, décors, matériaux…) et des fonctions (classique, lumineux et bientôt Bluetooth pour écouter de la musique tout en jouant) favorise l’envie de collection chez les enfants : parmi les possesseurs, près de 30 % en possèdent déjà deux. Avec des prix d’entrée à moins de 3 €, les enfants (et leurs parents) succombent facilement à cet achat d’impulsion.   

Au total, sur la population des 4-14 ans, ce sont près de 9 millions de Hand Spinners qui ont été vendus en France à fin mai ! Un succès commercial fulgurant qui, pour durer et ne pas rester un épiphénomène de mode, devra prouver sa capacité à innover et à s’installer dans les habitudes de jeux des enfants au-delà de l’été, période clé décidant de l’avenir des jeux et jouets « à la mode » dans l’univers de l’enfant. Un véritable challenge !

Si les YouTubeurs ont largement participé à l’émergence et au succès des Hand Spinners, chez les enfants, il s’agit avant tout d’un phénomène typique de cour de récré : 70 % des 4-14 ans en ont entendu parler pour la première fois à l’école par les copains/ines, très loin devant YouTube (8 %), les parents eux-mêmes (6 %) les frères et sœurs ou la télé (3 % chacun).

Méthodologie et terrain

Kiddibus est une étude quantitative online, menée 5 fois par an auprès d’un panel de 1.000 enfants âgés de 4 à 14 ans (assistés par leurs parents), représentatif de la population française des foyers avec enfants. Les résultats partagés ci-dessus sont issus de la vague Kiddibus,  réalisée du 23 mai au  2 juin 2017.

 

Chaque mois, recevez la newsletter

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la newsletter de la Revue du Jouet

Nous vous recommandons

Les Grands Prix du Jouet 2017

Les Grands Prix du Jouet 2017

De l’innovation et des valeurs sûres : le palmarès de la 34e édition des Grands Prix du Jouet associe harmonieusement des marques solides à des développements prometteurs. Le Jury a[…]

06/07/2017 | ProduitsActualité
La construction est en berne

La construction est en berne

Etat de siège

Etat de siège

INDICATEURS

INDICATEURS

Plus d'articles